Nous sommes des étudiants en première année du Master « Informatique fondamentale » de l’ENS de Lyon, qui comporte un projet de 6 mois dont le sujet est libre. Cette occasion nous a décidé à lancer le projet Symbolibre, dont l’idée nous traînait dans la tête, et qui a réuni une petite trentaine de participants.

Nous arrivons maintenant à la fin de l’année scolaire, mais le projet continue !

Le logiciel libre

Nous avons été inspirés par l’exemple de LibreCalc, et comme beaucoup nous avons regretté l’arrêt du projet. Nous pensons que le logiciel libre peut supporter le futur des calculatrices graphiques tout autant qu’il supporte celui des plateformes plus communes, et nous comptons bien le démontrer !

Nous avons une solide expérience en système et en programmation, mais l’électronique nous est moins familière. Nous avons donc renoncé à produire de l’open hardware, au moins dans un premier temps, ce qui nous permet de bénificier du Raspberry Pi Zero et son prix imbattable. Ainsi lancés, nous construisons une pile logicielle entièrement libre, avec notamment GNU/Linux, Wayland, Qt et Giac.

La modernité du système informatique

Une calculatrice graphique aujourd’hui n’est ni plus ni moins qu’un ordinateur déguisé ; même une innocente Graph 75+E est capable de lancer deux processus simultanément. Alors pourquoi persister à construire des machines à 256 kio de RAM ou 15 MHz de fréquence CPU alors que le coût du matériel ne le justifie plus ? Ces spécifications réduites obligent les constructeurs à écrire tous leurs systèmes à la main, ce qui prend un temps considérable.

Lorsque Python a été introduit au programme des lycées, nos constructeurs favoris TI et Casio ont mis plusieurs mois à intégrer le langage à leurs machines. Le premier a dû recourir à un module Python externe (interdit aux examens de fait) pour pallier aux capacités insuffisantes de la TI-83 Premium CE. Le second, comme beaucoup d’autres, a porté MicroPython mais n’expose que peu de modules. La calculatrice Symbolibre dispose de l’interpréteur Python mainline avec tous ses modules, et peut intégrer des modules externes comme numpy juste en compilant un nouveau paquet.

En adoptant GNU/Linux comme système d’exploitation, nous bénéficions d’un modèle de développement rapide et réactif à toutes les évolutions logicielles grâce aux nombreux programmes à notre disposition.

La transparence et l’aspect Do It Yourself

Symbolibre est un projet centré sur ses utilisateurs : nous voulons concevoir une calculatrice personnalisable et qui dure longtemps. La calculatrice est un outil qui doit se laisser comprendre et appréhender, et ça commence dès le matériel. Nous publierons la liste des composants et plans de la calculatrice, accompagnés d’un tutoriel de montage afin que chacun puisse librement créer sa propre calculatrice Symbolibre.